Douarnenez

Depuis toujours et sans renier le charme de son arrière-pays, le rayonnement de Douarnenez tient à la beauté de son rivage. Et l'engouement pour cette partie de côte remonte à fort longtemps. Ainsi, le quartier résidentiel au-dessus de la plage de Kervel est situé là où deux mille ans plus tôt, les hommes avaient déjà choisi de bâtir leur maison, pour la beauté du site. Cette beauté a d'ailleurs inspiré bon nombre de peintres, d'écrivains et de poètes dès le milieu du siècle dernier. Octave Mirabeau parlait de Douarnenez en ces termes : « la mer était émouvante et la lumière infinie »...

Quand Douarnenez, de sa vocation maritime à sa mutation touristique met le cap sur l'avenir contre vents et marée, entre conflits sociaux et crises économiques. Locronan ­petite cité de caractère puise sa force au cœur de ses vieilles pierres. Seulement quelques kilomètres les séparent. Mais l'une a depuis toujours les yeux rivés sur la mer -­longtemps l'essentiel de son activité viendra de là- pendant que l'autre, aux racines profondément plongées dans la terre, cultive le chanvre et fait vivre une importante corporation de tisserands. Pourtant, de siècle en siècle, leur histoire se ressemble quand toutes deux connaissent une économie florissante. Elles conjuguent alors de concours ­leur prospérité et les voiles tissées dans les ateliers de Locronan sont expédiées jusque dans le Nouveau Monde depuis les quais du port de Pouldavid, aujourd'hui Port-Rhu,

Locronan à Douarnenez, presque deux pays sur une même terre, que la vie a quelque fois liée à la croisée de l'Histoire...

Le pays de Douarnenez et le littoral de la baie portent les traces d'une très ancienne occupation humaine Il est probable que l'homme de type néandertalien a vécu sur ce ­site. Antique (Terre des lies : Douar an Enez), Douarnenez témoigne des siècles enfuis et garde en son sol la mémoire de son histoire : monuments mégalithique. Vestiges d'une muraille gallo-romaine sur le site des Plomarch, menhirs, dolmens, allées ­couvertes et d'un passe plis proche de nous : gentilhommière, chapelles et autres églises.

La légende de la ville d' Ys

Selon la légende populaire. la fabuleuse cité aurait été engloutie sous un raz de marée entre le Ve et le VIe siècle. Au fil du temps, l'histoire s'est enrichie. Le triste épisode de la princesse Dahut que son père le roi Gradion cherche à sauver ­n'apparait qu'au XVlle. Plus tard la légende sera aussi utilisée à des fins religieuses Aujourd'hui, des archéologues affirment que rien de tel n'a existé dans la baie de Douarnenez, avec ou sans Dahut... quand d'autres évoquent la possibilité d'un séisme qui aurait englouti cette région. En 1923, un raz de marée a mis au jour les restes d'une ­forêt et des vestiges de constructions sur la plage de Trez-Malaouen. Quoi qu'il en soit, les légendes n'ont nul besoin de preuves.Depuis toujours et sans renier le charme de son arrière-pays, le rayonnement de Douarnenez tient à la beauté de son rivage. Et l'engouement pour cette partie de côte remonte à fort longtemps. Ainsi, le quartier résidentiel au-dessus de la plage de Kervel est situé là où deux mille ans plus tôt, les hommes avaient déjà choisi de bâtir leur maison, pour la beauté du site. Cette beauté a d'ailleurs inspiré bon nombre de peintres, d'écrivains et de poètes dès le milieu du siècle dernier. Octave Mirabeau parlait de Douarnenez en ces termes : « la mer était émouvante et la lumière infinie »...

Depuis 1945, date de sa fusion avec ses trois voisines, la ville de Douarnenez est indissociable des communes de Ploaré, Pouldavid et Tréboul. Résolument axées vers la mer, leurs activités essentielles se partagent entre la pêche, le tourisme, la thalassothérapie, auquel viennent s'ajouter trois conserveries plus quelques industries. Site maritime d'exception, de la Pointe de Leydé à la Pointe de Tréfeuntec, la baie de Douarnenez offre accessibilité et sécurité aux baigneurs comme aux bateaux. Ce n'est donc pas un hasard si cette ville ne compte pas moins de trois ports : le port du Rosmeur, port de pêche, le port de plaisance aménagé dans l'anse de Tréboul et bien sûr le port de Rhu et son musée du bateau, où sont abritées les plus belles pièces du patrimoine maritime.

Visite de la ville :

Du centre-ville au port de pêche. En partant de la place Gabriel-Péris, saluer le « Bolomig » ou petit bonhomme très cher aux coeur des habitants, avant de prendre la rue Anatole-France. Descendre vers le port jusqu'à rencontrer la chapelle Sainte-Hélène Elle a été construite au milieu du XVllle siècle avec les éléments de l'ancienne chapelle qui, elle, datait du XVe. Les trois sculptures qui figurent à gauche pourraient signifier que les marins ont participé au financement de ces travaux. Faire un crochet par la rue Hen­Julien pour découvrir ces petites maisons de pêcheurs, où la vie grouillait il y a un siècle Plus bas, à l'angle de la rue Anatole France et de la rue Grivat, une ancienne usine réhabilitée en habitations. Une partie de l'ancien séchoir à thon est toujours en place Tout au bout de la rue, les quais du Petit port et à droite, l'ancien village de pêcheurs de Plomarc'h. A gauche, la plus ancienne cale de Douarnenez appelée : cale de la Raie.

Cette statuette d'inspiration égyptienne ornait la fontaine publique de la place de la

Croix depuis 1861... jusqu'à ce que les automobiles envahissent la ville en 1932 et qu'un parking lui vole sa place. Ce petit personnage reste symbole de toute la ville. On le déguise pour les Gras (carnaval), on le maudit lorsque la sardine manque. La réalisation des rues piétonnes lui donne un nouvel espace, place Gabriel Péri. Dernièrement, on l'a vu affublé d'un maillot jaune alors qu' douarneniste était engagé dans le Tour de France. Aujourd'hui il est certain que « le Bolomig » a retrouvé sa place dans la ville et dans le coeur de ses habitants !

TREBOUL

Petit port de pêche sardinier au début du siècle, l'anse de Tréboul abrite aujourd'hui les pontons du port de plaisance moderne. Désormais, chantiers, accastillage, voilerie. ..sont au coeur de la ville. Au pied des ruelles chargées de l'histoire maritime d'hier, cette activité des temps nouveaux génère à son tour une grande animations sur les quais. Animations festives tout au long de l'été mais aussi animation régulières avec les retours de pêche, le petit marché quotidien et le grand marché du mercredi et du samedi. Le port de Tréboul est également le point de départ de nombreuses balades : vers la plage des Sables blancs, le sentier côtier, etc. La passerelle au-dessus de la ria de Port-Rhu (à droite du port), permet de rejoindre le Musée du bateau, le centre de Douarnenez et le port de pêche.

La navigation :

Elle est autorisée jusqu'à 1 mille nautique de la côte. Pour plus de sécurité, certaines ; communes ont mis en place des chenaux balisés pour quitter la plage. Avant de ; prendre la mer il est recommandé de : vérifier la météo, naviguer à deux ou plus, , porter une combinaison isotherme et un gilet de sauvetage, ne jamais quitter sa planche en cas de difficultés...

Les locations de Kerogot vous permettrons de vous rendre rapidement sur ce site à visiter, soit en empruntant la rocade Nord Ouest récente ou par la 4 voies Quimper Pont L'Abbé.